Fantaro ireo singa famantarana sy fanamarinana ireo vola vaovao hitanao ao amin'ny raki-tsary sy feo eo ambany.   Apprenez à identifier et à authentifier les nouveaux billets par la méthode TOUCHER - REGARDER - INCLINER, voir les supports d'information audio-visuels dans la rubrique y afférente.   Nouvelle décision de politique monétaire le 5 mai 2017 : taux directeur relevé de 8,3% à 9,0% à compter du 11 mai, voir "Communiqué"
 
POLITIQUE MONETAIRE

 STATISTIQUES

 PUBLICATION

INDICATEURS CLES
Taux directeur BFM
(11/05/17) 9%
Coef. des réserves obligatoires
(01/10/15) 13%
Taux d’intérêt (Moyen Pondéré)
  •Echanges interbancaires de
    liquidité
  (13/06/17) 9%
  •Appel d’offre positif
  (12/05/17) 9%
  •Appel d’offre négatif
  (19/05/17) 7%
  •Titres de créances négociables
    (TCN)
  (03/02/17) 7.43%
  •Bons de Trésor
  (02/06/17) 9.17%
  •Taux débiteur des banques
  (31/03/17) 14,52%
  •Taux créditeur des banques
  (31/03/17) 2,63%
Taux d’inflation
  •Annuel (06/17) 8,6%
  •Mensuel (06/17) 0,5%

POLITIQUE MONETAIRE 

Cadre de la politique monétaire :

En vertu de l’article 5, alinéa 1er de la Loi N° 2016-004 du 29 juillet 2016 portant Statuts de Banky Foiben'i Madagasikara (BFM), complétée par la loi N° 2016-057 du 2 février 2017, BFM a pour mission de veiller à la stabilité interne et externe de la monnaie. La stabilité interne de la monnaie se traduit par la stabilité des prix. A ce titre, l’objectif final de la politique monétaire de BFM est le taux d’inflation. Pour atteindre cet objectif, la stratégie globale adoptée est le ciblage des agrégats monétaires (aggregates targeting).


L’inflation est ciblée à travers la masse monétaire (M3), qui constitue l’ « objectif intermédiaire » de la politique monétaire. La masse monétaire (M3) est composée de la circulation fiduciaire et de tous les dépôts, en ariary et en devises, du secteur privé et parapublic auprès des banques.


L’atteinte de l’objectif de la masse monétaire est réalisée par le truchement  de la base monétaire. Cette dernière est définie comme la quantité de monnaie centrale émise par BFM. Elle comprend ainsi, outre la circulation fiduciaire, les encaisses des banques et leurs dépôts auprès de BFM. La base monétaire représente l’ « objectif opérationnel ». Le ciblage de la base monétaire se fait, à son tour, à travers la gestion de la liquidité bancaire.


Les instruments de la politique monétaire :


Pour la mise en œuvre de sa politique monétaire, BFM dispose de plusieurs instruments qui ont évolué en fonction des différentes étapes réalisées en matière de libéralisation de l’économie.


L’année 1994 a été une année charnière pour BFM, car elle a marqué le début de l’abandon des instruments d’intervention directe et l’usage accru des instruments d’intervention indirecte de politique monétaire. Cette année a vu également la mise en place du flottement de la monnaie nationale (Franc malgache à l’époque et Ariary à ce jour).


Ainsi, l’encadrement du crédit qui consiste à plafonner certaines catégories de crédits et le plafond global de crédits ont été suspendus respectivement en 1994 et 1995. Depuis 1996, BFM a axé ses mesures sur des instruments d’interventions indirectes.


Actuellement, afin de gérer la liquidité bancaire, BFM dispose trois types d’instruments :


Le taux directeur : le taux directeur constitue un taux de référence aussi bien pour les opérations sur le marché monétaire que pour les banques dans la détermination de leur taux de base. Sa modification constitue un signal de resserrement ou d’assouplissement de la politique monétaire ;


Le coefficient des réserves obligatoires (RO) : le système des RO oblige les banques à constituer un montant minimum de réserves sous forme de dépôts non rémunérés auprès de BFM. Ce système a pour effet de geler une quantité déterminée de liquidité bancaire qui pourrait occasionner une création monétaire excessive. Comme le taux directeur, la modification du coefficient des RO indique un resserrement ou un assouplissement de la politique monétaire ;


Les interventions sur le marché monétaire : ces interventions, menées en fonction du niveau de liquidité, comprennent les opérations de refinancement et de reprises de liquidité. Les opérations de refinancement peuvent se présenter sous deux formes : celles à la demande des établissements de crédit par la prise en pension des titres et celles à l’initiative de Banky Foiben’i Madagasikara. Les reprises de liquidités se font uniquement à l’initiative de Banky Foiben’i Madagasikara.

Vous pouvez aussi consulter en détail :

 ©2001-2017
Banky Foiben'i Madagasikara
BFM | Politique monétaire et de change | Systèmes de paiement | Supervision bancaire et financière | Textes règlementaires
Statistiques | Publications | Plan du site | Contact