Nouvelle décision de politique monétaire le 5 mai 2017 : taux directeur relevé de 8,3% à 9,0% à compter du 11 mai, voir Communiqué
 
DISPOSITIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES

 STATISTIQUES

 PUBLICATION

INDICATEURS CLES
Taux directeur BFM
(15/05/16) 8.3%
Coef. des réserves obligatoires
(01/10/15) 13%
Taux d’intérêt (Moyen Pondéré)
  •Echanges interbancaires de
    liquidité
  (27/04/17) 8.3%
  •Appel d’offre positif
  (16/09/16) 4.14%
  •Appel d’offre négatif
  (28/04/17) 8.28%
  •Titres de créances négociables
    (TCN)
  (03/02/17) 7.43%
  •Bons de Trésor
  (21/04/17) 8.87%
  •Taux débiteur des banques
  (31/01/17) 14,06%
  •Taux créditeur des banques
  (31/01/17) 2,65%
Taux d’inflation
  •Annuel (12/16) 7,0%
  •Mensuel (12/16) 1,5%
Communiqué de la Banque Centrale de Madagascar
relatif à la politique monétaire

 

     L’évolution économique et monétaire en 2009 a été caractérisée par un fort ralentissement de l’activité économique et par une situation déficitaire des paiements extérieurs. Cette situation conduit au ralentissement de l’expansion des agrégats monétaires, via notamment celui des crédits au secteur privé et la contraction des avoirs extérieurs du système bancaire.

     Face à cette conjoncture, la Banque Centrale a procédé à un assouplissement de sa politique monétaire. C’est ainsi qu’elle a deux fois révisé son taux directeur à la baisse au cours de l’année : de 12% à 10% en janvier et de 10% à 9,5% en juillet. Parallèlement, elle a modéré ses opérations de ponction de liquidité.

     Cependant, si ces mesures ont permis de rendre les ressources financières plus disponibles, ces dernières n’ont pas été suffisamment canalisées vers le secteur privé, mais se sont accumulées sous forme de surliquidité dans les banques commerciales. La liquidité bancaire en 2009 a en moyenne atteint le double des réserves requises. Elle est en ce moment la principale cause de divers déséquilibres au niveau du fonctionnement des marchés. En effet, la surliquidité ramène les taux d’intérêts à des niveaux bas et conduit à des taux réels négatifs. C’est ce qui est actuellement observé sur le marché des Bons du Trésor et au niveau de la rémunération des dépôts, ainsi que pour d’autres taux du marché monétaire. Une telle situation décourage l’épargne et entrave la marche vers une croissance saine et durable. Elle tend aussi à exercer une pression sur la demande de consommation, et risque d’accélérer la reprise de l’inflation.

     C’est ainsi que, pour corriger les déséquilibres actuels et prévenir les risques de déstabilisation de l’économie, la Banque Centrale reste prudente et pourrait envisager, en cas de persistance de la surliquidité bancaire, de résorber cette dernière par l’utilisation des instruments de politique monétaire à sa disposition.

 

Antananarivo, le 14 décembre 2009

Frédéric RASAMOELY.

 

 

 ©2001-2017
Banky Foiben'i Madagasikara
BFM | Politique monétaire et de change | Systèmes de paiement | Supervision bancaire et financière | Textes règlementaires
Statistiques | Publications | Plan du site | Contact